« Un mot pour définir son rôle de parent … lequel choisiriez-vous ? »

14/10/2020

Je n’ai pas noté la station où cette femme africaine est montée mais ce dont je me souviens ce sont les couleurs vives de ses tresses, oranges et blanches, qui tranchaient avec la couleur sombre et brillante de sa peau. Elle me tournait le dos, cramponnée aux banquettes face à moi.

Ce n’est qu’en l’observant plus attentivement que j’ai remarqué de part et d’autre de son corps, deux petites chaussures de sport et au centre de son dos, la tête d’une enfant auréolée de deux couettes tressées blondes et rouges. La petite fille était portée selon la tradition africaine.

C’est à cet instant que j’ai réalisé que « porter » son enfant était la mission de toute une vie.

 Réflexions proposées par Véronique Richard, coach Voie de l’A.C.T.E, thérapeute intuitive et créative, co-auteure du Jeu du JE et facilitatrice de transformations par le jeu. Marseille.

 

« Porter », … oui mais comment ? La meilleure façon d’porter, c’est encore la nôtre...

Je me suis rappelée de cette mode de portage dans un foulard qui sonnait comme une injonction à être un bon parent. Qui voulait être tendance, devait porter son enfant dans une matière en coton naturel et apprendre toutes les options de portage (une bonne idée de sketch !). Je trouvais cela très beau, très naturel mais le phénomène de mode me dérangeait profondément.

J’ai toujours porté mes bébés au bras ou dans un porte-bébé en polyester. À ce jour, je n’ai noté aucun effet secondaire à retardement impactant la santé mentale ou physique de mes enfants.

Tout parent sait au fond de lui ce dont il a besoin pour lui-même et pour son enfant.

Appliquons-nous à faire ce petit pas de côté pour ne pas céder aux influences extérieures. C’est entre nous et nous, qu’il est nécessaire de maintenir une véritable communication. Posons-nous la bonne question : est-ce que cela répond à un réel besoin pour mon enfant et pour moi ?

 

Savoir se porter soi-même

Dès l’instant que nous portons l’enfant en nous, nous comprenons que le mot « porter » sera la devise inscrite sur le fronton du foyer parental.

J’ai grincé des dents en prenant conscience de l’omniprésence de ce mot dans le champ lexical du parent. J’aurai préféré un verbe, plus doux, plus poétique, plus créatif. Porter, m’évoquait le fardeau, la lourdeur mais aussi la responsabilité. En effet, nous allons, dès lors, les porter physiquement, mais aussi leur tenir la main, les soutenir émotionnellement, psychiquement, financièrement, les porter dans leurs projets, dans leurs rêves.

Heureusement quelquefois nous les mettrons en avant pour renforcer leur estime de soi mais aussi dans certain cas, laisser éclabousser sur nous, leurs réussites afin que nous portions un peu de leur brillante aura.

Comprenons que pour bien porter il est essentiel que nous sachions nous porter nous-même. Autrement dit, ne pas laisser à d’autres le pouvoir de choisir et de décider pour nous et nos enfants de ce qui est convenable. En transmettant à nos enfants la capacité à ressentir ce qui est bon et juste, nous les portons sainement vers deux piliers de leur structure psychique : la confiance en soi et l’estime de soi. Ils pourront ainsi se sentir apte à agir et digne d’être.


Porter c'est notre nature

Regardez dans le dictionnaire et vous découvrirez avec stupeur le nombre d’usages de « porter », avec pour chacun, un transfert possible vers la mission de parent. À bien y réfléchir, ce petit mot de six lettres, m’est plutôt sympathique. Il est court, simple, populaire, adapté à la compréhension de tous (il serait intéressant de faire une étude linguistique dans d’autres langues).

La mission de parent est à l’image de ce mot : une source d’humilité, de dignité et d’accomplissement. Le parent ne cesse de porter son enfant, qu’il soit petit ou grand, bébé ou adolescent, jeune adulte ou quand il deviendra lui-même parent. Dans le silence de ce chemin caillouteux, nous grandissons un peu, nous aussi.

 

Porter la voix, pour communiquer nos besoins

Tant que nous en aurons la force physique et psychologique, notre rôle principal est de porter. Nous pouvons nous révolter parfois, face à cette injonction de disponibilité, d’attention qu’il nous demande, ce peu de reconnaissance que nous recevons en retour.

Mais face à cette frustration que nous ressentons, sachons demander ce dont nous avons besoin. Si peu de parents savent exprimer une demande claire. Ils préfèrent ruminer, se mettre en colère de manière disproportionnée, fondre en larmes, au risque de ne plus rien porter du tout. Laisser choir son enfant, après tous ces moments traversés serait une capitulation sans honneur. Pour tenir le cap, la recette est simple : communiquer nos besoins d’homme ou de femme. Même tout petit, un enfant est capable de ressentir au son de notre de voix ce dont nous avons besoin. Le secret est de parler avec notre cœur bien ouvert.

Je me souviens, un jour d’épuisement où manquant de sommeil, je me suis adressée avec mon cœur de maman à mon bébé pour lui demander de me laisser dormir quelques heures. Je lui expliquais que je pourrais ainsi être plus disponible et câline pour elle. Je la plaçais près de moi et nous avons fait toutes les deux une sieste miraculeusement ressourçante.


Pour conclure, rappelons-nous que nous sommes le meilleur parent pour nos enfants et que nos enfants sont les meilleurs experts pour nous montrer le chemin vers plus de connaissance de nous-même. Ne laissons personne nous dire ce que nous devons faire ou ne pas faire pour aider notre enfant à grandir. Portons-les à notre façon, unique et singulière. Réajustons si besoin. Il y a en nous un espace où nous savons ce qui est juste et comment agir.

Envisageons le rôle de parent dans sa toute puissante simplicité, revenons à l’essentiel, à la raison pour laquelle nous avons fait ce choix de devenir parent. De temps en temps, revenons à nos fondamentaux, isolons-nous un instant et respirons en étant touché(e) par cette magie de la vie qui circule en nous. Faisons simple ! 

Véronique Richard, coach Voie de l’A.C.T.E, thérapeute intuitive et créative, co-auteure du Jeu du JE et facilitatrice de transformations par le jeu. Marseille.


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Petite section, CP, quelques astuces pour faire une rentrée des classes « ZEN »

09/09/2020

Petite section, CP, quelques astuces pour faire une rentrée des classes « ZEN »

Votre enfant fait sa première rentrée scolaire ? Il rentre en CP ? Vous stressez ???? Retrouvez les conseils de Armelle Larguier, actuellement enseignante en CE2, … qui fait sa 30ème rentrée !

Petite section, CP, quelques astuces pour faire une rentrée des classes  « ZEN »
Lire l’article

A la découverte de la psychopédagogie positive, avec Marina Failliot-Laloux

20/11/2020

A la découverte de la psychopédagogie positive, avec Marina Failliot-Laloux

Je me présente, je suis Marina Failliot-Laloux et je vais vous parler d’un de mes métiers : la Psychopédagogie. Si certains sont déjà intrigués par ce nouveau mot et veulent en savoir plus, j’en entends déjà les autres prendre peur devant ce terme qui leur semble totalement barbare. Sans compter ceux qui, un peu distraits ou emporté dans leur élan, ont lu « trop vite » le mot « Psychologie » au lieu de « PsychoPEDAgogie ».

A la découverte de la psychopédagogie positive, avec Marina Failliot-Laloux
Lire l’article

Laisser un commentaire

Vous êtes un parent ? Une famille ? Une femme enceinte ?